top of page

LES SEPT ANNÉES DE PARCOURS DERRIÈRE WE ARE BULLETPROOF: THE ETERNAL

Avec plus de la moitié de 2020 derrière nous et le raz-de-marée de contenu que BTS nous a offert à l’occasion du FESTA, sans compter leurs sorties les plus récentes comme leur single japonais Stay Gold, personne ne vous en voudrait de perdre le fil ou de manquer certains détails. Alors que le FESTA battait son plein, nous avons été grandement surpris par la sortie du clip vidéo animé de l’un des titres de Map of the Soul: 7 We Are Bulletproof: The Eternal. Au premier abord, il s’agit d’un clip vidéo réconfortant à l’esthétique plaisante qui incorpore une réflexion sur ceux que BTS étaient par le passé. Comme beaucoup d’entre vous l’ont cependant deviné, BTS n’a jamais été du genre à nous nourrir de leurs références et leurs significations profondes à la petite cuillère.

Nous allons voir en quoi cette vidéo a pu rembobiner et revenir sur la discographie de BTS. Comment a-t-elle mis en valeur les succès de BTS et des ARMY et pris leurs origines en considération ? Comment le clip vidéo a-t-il donné un sentiment de fierté nostalgique et néanmoins grandiose à tous les petits recoins du monde que leur musique et le mouvement qui en est issu ont été capables de toucher ?

L’histoire du MV est organisée dans l’ordre chronologique, commençant avec la chanson de leurs débuts, No More Dream, durant le couplet d’ouverture de Jungkook. Avant de nous « transporter » sur le plateau de No More Dream, la scène d’ouverture (incluant Namjoon) entend montrer l’ancienne salle d'entraînement de BTS dans laquelle tout leur travail acharné a pris place avant et bien après leurs débuts – une pièce que vous pouvez voir dans les vidéos de répétitions comme celles de Danger et Boy in Luv.

La vidéo continue avec des scènes de We are Bulletproof pt.2 (durant le couplet de Taehyung). Les choses ralentissent alors que nous sommes emmenés dans le décor de N.O. avec Hoseok qui rappe sur leur désir ardent d’avoir un rôle dans le monde en tant que groupe de musique, mais se heurtant à la déception d’un flot de critique instantané. Peu de temps après, nous passons dans les couloirs du clip vidéo de BTS de Boy in Luv avec le couplet de Seokjin, et les paroles poignantes : « we were only seven, but we have you all now » [Nous n’étions que sept, mais nous vous avons tous maintenant] chantées pour la première fois. Alors que le pré-refrain s’installe, Jimin avance sur le quai de la station de métro vue dans Danger avant que le refrain n'arrive finalement et que nous faisions incontestablement face à l’imagerie la plus frappante vue jusqu’ici.

Alors que les paroles sont un élan constant de joie et un rappel du chemin qu’ils ont parcouru, la vidéo en elle-même dépeint leurs revers, leurs difficultés et leurs peurs. Nous voyons des piques acérées, des images sur le fait d’être « forcés de rentrer dans une case » et d’être avalés par une vague de noirceur. Une fois le refrain terminé, le rythme redevient plus mélancolique, avec les couplets de Yoongi et Namjoon qui prennent place tous les deux durant l’ère de « I NEED U », avec dans les deux une accentuation marquée sur le mot « bulletproof » [à l’épreuve des balles]

Ce monde de verre brisé, acéré, pointant sur eux dans le couplet de Yoongi comme s’il était sur le point de menacer leur existence en tant que BTS, change pour citer les paroles maintenant « proof set in steel » [gravées dans l’acier] du couplet de Namjoon – un point charnière dans l’histoire puisque leur nom autrefois ridiculisé est finalement devenu leur plus grande force. Peut-être cela fait-il aussi référence à leur première récompense lors d’une cérémonie de remise de prix, preuve que leur musique est reconnue et appréciée.

Les scènes suivantes continuent avec l’ère de « HYYH », illustrant le pré-refrain et le début du refrain avec des scènes du labyrinthe fait de clôtures de Young Forever et de multiples scènes de Run, avant de changer pour Blood, Sweat & Tears (ère de « Wings ») et Not Today (ère de « You Never Walk Alone »). Alors que les mots « We got to Heaven » [Nous avons atteint le Paradis] apparaissent sur l’écran, nous voyons une des scènes cultes de la chanson qui ne peut être décrite que comme la Reine, Spring Day. Une mélodie sombre mais pleine d’espoir continue de jouer alors qu’ils s'assoient autour d’un petit feu de camp, quand des orbes violets commencent soudainement à recouvrir le ciel à proximité de là où ils se trouvent. Juste à cet instant, les paroles commencent à demander pourquoi nous continuons à marcher à leurs côtés.

Les orbes violets – représentant les ARMY – se rassemblent alors qu’une baleine apparaît. Il s’agit d’une référence à l’un de leurs anciens titres Whalien 52, dans laquelle une baleine, incapable d’entrer en contact avec le reste de son espèce parce qu’elle communique à une fréquence qui lui est unique, se bat contre la solitude. A l'instar de la façon dont ils ont été raillés et tournés en ridicule pendant la grande majorité de leur carrière, les ARMY leur montrent qu’ils ne sont plus seulement sept à se battre contre le monde et ses préjugés. Les orbes scintillants éclairent le chemin de BTS jusqu’à une scène avant de se réarranger pour prendre la forme d’une multitude d’ARMY Bombs comme durant leurs concerts.

Les paroles « yeah we got to Heaven » accentuent d’autant plus le fait que BTS voient vraiment la scène comme leur havre de paix le plus sûr, entourés des personnes qui partagent le même amour qu'eux pour la musique et la justice, unis au même endroit pour célébrer exactement ça.

Avec une dernière référence à Boy with Luv dans les dernières secondes de la vidéo, BTS avouent qu’ils ne combattent pas seuls. Le choix de Boy with Luv comme scène de fin montre l’acceptation de l’amour qu’ils ont reçu des ARMY et nous encourage à nous réfugier auprès d'eux chaque fois que nous nous sentons perdus, exactement comme nous les avons trouvés quand ils avaient le plus besoin de nous.


Écrit par : Ale

Édité par : Lisa K

Conception graphique par : Leslie

Traduit par : Nedrane


Les photos et vidéos partagées sur ce blog ne sont pas la propriété d’ARMY Magazine. Toute violation des éventuels droits d’auteur serait involontaire.

Comments


bottom of page